Accueil Blog >> Archive pour février 2012

FORUM FEMMES DIÁLOGO

Mardi 21 février 2012 | Billets | Aucun commentaire »

Diálogo est un organisme d’amitié franco-espagnole qui, en autres iniciatives, a souhaité regrouper des femmes appartenant à ces deux cultures au sein du Forum Femmes Diálogo. Ce forum est ouvert aux femmes cadres supérieurs. Les secteurs professionnels représentés sont nombreux :  l’entrepreneuriat, le juridique, la diplomatie, les sciences, la culture, le journalisme, le secteur public et l’éducation.

Le Forum Femmes Diálogo, en plus d’être un lieu de partage et de débats, a pour vocation, grâce à l’organisation de conférences et de différents évènements,  d’être un instrument de changement sur plusieurs points stratégiques :

  • « Etablir des plans d’actions concrets et novateurs pour encourager la contribution de la femme à la société et promouvoir la diversité dans le monde de l’entreprise
  • Créer un réseau global et actif pour renforcer l’influence de la femme
  • Créer une plateforme de débat, d’échange et de réflexion qui permet à l’ensemble des femmes de s’exprimer et de donner leur opinion sur les questions sociétales
  • Encourager à la non-discrimination, à l’égalité des chances, à une nécessaire présence supérieure féminine dans l’ensemble des secteurs d’activité, à l’insertion professionnelle des jeunes, les actions pour faciliter le quotidien des personnes handicapées, etc. »

Les femmes ayant cette double culture peuvent contacter le Forum pour recevoir plus d’information sur l’adhésion ou la participation à certaines activités : foro.mujeres@dialogo.es

DIÁLOGO

Image : Logo du Forum Femmes Diálogo

NOUVEAU FÉMINISME

Lundi 20 février 2012 | Billets, Divers | Aucun commentaire »

Les jeunes femmes qui débutent leur carrière professionnelle ne partagent pas la même vision que leurs ainées féministes qui luttaient pour l’égalité des sexes et se faire une place dans le monde du travail.
Habituées à une dialectique du “genre” durant leurs études universitaires, les femmes de cette nouvelle génération conçoivent les différences entre hommes et femmes comme un sujet clos. Le discours de “gender” souligne que les différences sexuelles sont uniquement une construction culturelle; ce qui complique la confrontation aux challenges réels de la vie professionnelle. En effet, il est très fréquent d’assister à la mise en place d’un rapport mensonger face aux autres ainsi qu’une négation de leurs spécificités et envies. Ainsi s’installe un relativisme des repères qui ne joue pas à leur faveur, cette mentalité les empêchant de tirer parti des qualités propres de leur féminité.
Ces femmes ont alors des difficultés à se situer dans un rapport équilibré face aux attentes et exigences des autres, n’ayant pas cerné ce qu’elles sont réellement et ce dont elles ont vraiment envie. Les talents féminins, s’ils sont assimilés, ont un potentiel énorme pour les propres intéressées et l’entreprise. Il ne s’agit pas de calquer le modèle masculin ; il est beaucoup plus enrichissant de respecter les différences et non pas de les annuler. Le challenge : ne pas s’enliser dans une attitude de déni de la propre spécificité féminine mais bien se rendre compte de toute sa richesse. Il sera ainsi possible de rééquilibrer les responsabilités et d’élaborer une stratégie d’entreprise cohérente. Dans cette logique, les réseaux féminins sont une grande opportunité pour stimulerl’excellence professionnelle et promouvoir sa carrière. Ces centres de réflexions permettent aux femmes d’échanger sur l’évolution de leur mode de vie afin de réussir leur carrière et leur vie personnelle.
www.europeanpwn.net
www.clubwomen.org

FEMMES CHEFS D’ENTREPRISE

Vendredi 17 février 2012 | Billets, Documents | Aucun commentaire »

Le site Cairn Info publiait il y a quelques mois dans la revue « Travail, genre et société » une étude sur les femmes
dirigeantes. Quatre profils étaient mis en avant :

1/ LES CRÉATRICES
Elles sont celles qui, en commençant en bas de l’échelle,
ont évolué jusqu’à un poste de responsabilité ou celles qui
se sont lancé le défi de de créer leur propre entreprise.
2/ LES REPRENEUSES
Elles sont devenues chef d’entreprise en reprenant une affaire
existente. Leur entreprises sont en général plus petites
avec peu d’employés cadres.
3/ LES HÉRITIÈRES
Ces femmes préservent un patrimoine familial dans un
domaine qu’elles n’ont pas forcément choisi. Elles travaillent
la plupart avec des membres de leur famille.
4/ LES PROMUES
Elles ont été nommées à la tête d’une entreprise à la suite de
longues études universitaires et d’une carrière d’excellence au
sein de grandes entreprises.

 

RÉSEAUX FÉMININS D’ENTREPRISE (2ème partie)

Jeudi 16 février 2012 | Billets | Aucun commentaire »

Pour les femmes, toujours bénévoles, qui animent ces réseaux et pour les adhérentes, les avantages sont multiples.
D’abord, il y a la prise de conscience qu’à partir d’un certain seuil dans la hiérarchie d’une organisation, entreprise mais aussi administration ou parti politique, la progression ne repose plus sur la sélection par le mérite, mais sur un système plus ou moins opaque de cooptation.
L’appartenance à un réseau permet donc de construire ce réseau de relations « de connivences» que cultivent plus volontiers les hommes.  Par delà cette meilleure compréhension du fonctionnement de l’entreprise, le réseau apporte de l’information sur des sujets divers, et même des formations, par exemple à la prise de parole en public. On peut aussi y trouver un « mentor » susceptible de conseiller et de guider la jeune adhérente.
Cette appartenance peut agir comme un catalyseur susceptible d’aider à briser le « plafond de verre », cette barrière
invisible qui bloque la progression des femmes, en renforçant confiance en soi et motivation. L’entreprise aussi y trouve son  compte. Cela lui permet en particulier d’anticiper sur le cadre législatif, comme Bnp Paribas, qui compte déjà plus de 20% de femmes à son C.A. C’est aussi un moyen d’attirer et de retenir les jeunes femmes à potentiel. Et pourquoi pas, d’innover au plan du management et de l’organisation du travail.

En effet, la progression des femmes dans l’entreprise peut conduire à des changements importants. Ainsi, sous l’influence féminine, les modèles de management pourraient évoluer et être moins axés sur une certaine idée de la performance « au masculin » que l’on peut résumer par l’expression « mobile, disponible, flexible ». Mais les hommes peuvent y gagner en se réappropriant le « temps du soir » qu’ils sacrifient au travail. Ainsi que l’ensemble de la société!
Article tiré de la revue RDR :  http://www.123rdr.com/

RÉSEAUX FÉMININS D’ENTREPRISE (1ère partie)

Mercredi 15 février 2012 | Billets | Aucun commentaire »

Le « temps du soir »… de l’importance grandissante des réseaux féminins d’entreprises. Les femmes représentent environ 10% des membres des comités exécutifs des entreprises du CAC 40… et 10% des conseils d’administration (C.A). Pour pallier cette sous représentation féminine manifeste, une loi vient d’être votée qui obligera les entreprises cotées ainsi que celles de plus de 500 personnes à intégrer au moins 20% de femmes dans leur C.A sous peine de sanctions.
La Norvège, exemple bien connu, mais aussi d’autres états comme les Pays-Bas et même le Burkina Faso montrent
que la promotion sociale des femmes passe par des politiques de quotas, même si ces dernières ne sont pas exemptes de défauts. Cependant, les femmes n’ont pas attendu les lois pour «monter à l’assaut » des forteresses masculines.
Partout les réseaux sociaux féminins émergent depuis 2000. En particulier au sein des Grandes Entreprises où ils connaissent une nette accélération ces dernières années. Ils peuvent émaner directement de la politique de diversité, comme chez Bnp Paribas, où le réseau de femmes cadres « Mixity » a pris la forme d’une association loi 1901 et propose différentes opportunités de rencontres, d’échanges et de réflexions sous forme de déjeuners mensuels, de colloques, de séminaires. Ils peuvent aussi  émerger spontanément et être encouragés par la Direction d’un groupe, à l’instar de celui d’Air Liquide où il se positionne comme un « think tank » interne à même de faire évoluer les mentalités. Chez Accenture, le réseau « Accent Sur Elles » inclut même les collaboratrices externes. Chez Edf, l’orientation est très pragmatique, le réseau étant organisé en ateliers de travail autour de thèmes tels que le coaching ou le style de management « masculin versus féminin ».
Ces réseaux se connectent de plus en plus entre eux pour donner naissance à des fédérations de réseaux, tels le « Cercle Inter Elles » qui est issu du secteur technologique, et « Financi’ Elles », pour celui de la finance, qui  a vu le jour officiellement fin mars 2011. (…)
Demain la 2ème partie de l’article! ( tiré de la Revue RDR http://www.123rdr.com/)
+33(0)473.640.203

 

février 2012
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829