Accueil Blog >> Articles taggés avec ‘Education’

Ecole des Roches, école pour les élites ou expérience éducative ?

Samedi 15 août 2009 | Livres | Aucun commentaire »

L’école des Roches – Nathalie Duval- ed Belin.
L’école des Roches est une prestigieuse école qui a formé et forme les élites françaises. Il est instructif de se re-plonger dans la génèse de ce projet de formation décalée. Pour notre part, nous avions connu cette école en découvrant la riche pensée éducative d’André Charlier qui fût un des directeurs de cette institution. Education décalée, maîtres prestigieux, cela a-t- il conduit à des élites décalées, créatives ? Faut il vraiment former les élites à part du monde ?

Présentation de l’éditeur
« Née en 1899 du projet ambitieux d’un intellectuel en sciences sociales, Edmond Demolins, qui voulut créer une école dite  » nouvelle « , capable de former de nouvelles élites et ayant pour objectif de préparer l’enfant à la vie concrète en le rendant acteur de sa propre éducation, l’école des Roches a la réputation d’offrir à ses élèves un cadre privilégié pour leurs études. C’est en effet un internat peu commun dont les avantages sont multiples : l’implantation à la campagne, un campus à l’anglo-saxonne, la vie en internat où tout est organisé pour que l’élève puisse développer sa personnalité, dans toute son unicité. Tout un esprit d’école, l’esprit  » rocheux « . C’est aujourd’hui une école internationale dont les élèves, actuels et anciens, les  » Rocheux  » et les  » Rocheuses « , forment un réseau planétaire. L’auteur retrace ici chronologiquement l’histoire de cette école singulière, abordant des thèmes aussi variés que l’éducation, l’histoire des mouvements de jeunesse, notamment le scoutisme, et la sociologie des élites. L’éducation nouvelle voulait former un Homme nouveau. L’Ecole des Roches, expérience isolée certes et réservée à un petit nombre, y est-elle parvenue ? « 

La Finlande : un modèle éducatif pour la France ?

Mercredi 17 juin 2009 | Livres | Aucun commentaire »

Un livre de réflexion pour formateurs, décideurs et parents. Le fait de signaler cet ouvrage ne veut pas dire pour nous que notre système est sans vertu.
La Finlande : un modèle éducatif, par P.Robert – Ed ESF
« Le système éducatif finlandais est aujourd’hui l’objet de toutes les attentions. Les excellents résultats obtenus par ce pays dans les comparaisons internationales font rêver certains : ils voudraient importer d’urgence les « bonnes recettes » qui auraient été mises au point là-bas. D’autres, au contraire, insistent sur l’impossible transposition d’un modèle qui bénéficie de conditions très particulières. D’autres, encore, estiment que la réussite des écoliers finlandais aux tests n’est pas représentative de leur véritable niveau culturel…
Pour y voir plus clair, il fallait reconstituer précisément le contexte et expliquer la démarche de la Finlande. Il fallait regarder de plus près les résultats chiffrés, mais aussi recueillir le témoignage des acteurs. C’est ce qu’a fait Paul Robert dans un ouvrage qui, tout à la fois, se lit comme un roman et constitue un travail d’analyse totalement inédit. C’est ainsi que les lecteurs trouveront dans ces pages un ensemble d’informations indispensables pour comprendre l’école fi nlandaise, distinguer ce qui relève d’une conjoncture favorable de ce dont nous pourrions nous inspirer.Car en sortant des débats hexagonaux nous sommes en mesure de réinterroger notre propre institution, voire d’envisager d’autres modalités d’enseignement que celles qui dominent aujourd’hui chez nous et paraissent immuables. Nous sommes aussi invités à dépasser des polémiques stériles sur l’autorité ou la pédagogie… La lecture de cet ouvrage s’impose pour quiconque veut s’impliquer dans la réflexion sur l’avenir de notre École. On en sort plus informé et plus lucide. Ragaillardi aussi. »
Voir Site ESF

Adolescents-adultes : deux regards sur ce que réussir veut dire

Lundi 8 juin 2009 | Billets | Aucun commentaire »

Réussite vision adultes/adolescentsUne enquête Ipsos qui donne à réflêchir sur la notion de réussite…28 mai 2009 -
« Pour la cinquième année consécutive, Ipsos Santé réalise pour la Fondation Wyeth une étude quantitative qui confronte les avis d’adolescents et d’adultes. Cette dernière vague traite de la question des réussites, sous ses différents aspects : quels sont les modèles de réussite des adolescents, dans quelle dynamique de réussite se trouvent-ils, que veut dire réussir dans la vie à leurs yeux, quels sont d’après eux les ingrédients de la réussite et qu’en pensent les adultes. »

Extraits :

« Plusieurs données contreviennent aux idées reçues sur les adolescents. Les images d’Epinal les présentent volontiers en conflit avec leur famille, désengagés de l’école… Ces poncifs volent en éclat : les adolescents réussissent mieux à leurs yeux avec leur famille que dans leurs relations amoureuses, se sentent plus en réussite scolaire qu’en réussite d’activités sportives ou artistiques. »

87% des adolescents croient que la réussite « est liée au travail fourni », et la même proportion juge que la réussite « c’est avant tout se sentir bien dans sa peau ».

 

 

 

 

 

« Une révélation dans cette enquête : adultes comme adolescents font plus confiance aux filières professionnelles et techniques qu’aux filières générales pour mener à la réussite.
Ils attribuent aux élèves qui suivent ces filières professionnelles et techniques un meilleur pronostic de réussite. A noter que les élèves appartenant à ces filières générales notent mieux les cursus professionnels que les leurs. On identifie aussi ici clairement que l’absence de diplôme est vécue par les adolescents et par les adultes comme un handicap pour la réussite. »

Voir le site IPSOS  Visualier le diaporama de l’enquête. Voir.

Conditions de l’éducation

Mardi 2 juin 2009 | Livres | Aucun commentaire »

Conditions de l’éducation -MC.Biais, M.Gauchet, D.Ottavi - les livres ne manquent pas pour faire le point sur la « déglingue » du système. Mais on ne voit pas encore émerger un mouvement structuré de multiples initiatives pour dépasser l’analyse et agir. C’est sans doute le temps de l’incubation. Il faut distinguer éducation/instruction et finalement un des problèmes majeurs est d’avoir affecté un coefficient systématique d’efficacité immédiate à une formation/instruction. Là aussi il faudrait distinguer : formation/acquisition de connaissances techniques, les deux sont nécessaires pour toute activité. Mais n’oublions pas qu’une vraie formation laisse aussi un terreau indispensable pour aller plus loin.

 Pour le livre :

« Ce livre propose un diagnostic: ce sont les conditions de possibilité l’entreprise éducative qui se voient aujourd’hui remises en question par l’évolution de nos sociétés. Toute une série de données qui semblaient aller de soi et servaient de socle à l’institution scolaire ont été ébranlées, voire sont en passe disparaître. Il ne s’agit pas de déplorer l’évanouissement d’un passé vers lequel aucun retour n’est imaginable ni souhaitable. Il s’agit de mettre en lumière l’impact d’une série de transformations majeures et de faire ressortir le défi qu’elles représentent. Ce n’est qu’à ce niveau qu’on peut véritablement comprendre les difficultés auxquelles l’éducation est en butte et prendre la mesure de la tâche de refondation qui est devant nous. L’analyse se développe sur quatre fronts: les relations de l’école avec la famille, le sens des savoirs qu’elle dispense, l’autorité dont elle a besoin, sa place dans la société. « 

+33(0)473.640.203

 

janvier 2018
L Ma Me J V S D
« juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031