Accueil Blog >> Articles taggés avec ‘Famille’

THE NEW DAD

Vendredi 8 juin 2012 | Billets, Documents, Livres | Aucun commentaire »

L’Institut sur le travail et la famille du Boston College a publié un document sur les nouveaux défis auxquels sont confrontés  les pères d’aujourd’hui. Le contexte culturel des pays occidentaux a énormément changé, les hommes savent aujourd’hui que leurs épouses auront, comme eux, une carrière et des aspirations professionnelles.  Leur rôle de père a été profondément boulversé car l’image classique d’appui économique à leur famille, si elle demeure vraie, est maintenant partagée avec la femme. L’équilibre de l’éducation des enfants et de la gestion du quotidien est à redéfinir car la mère de famille, en raison de sa vie professionnelle, a les mêmes horaires de travail que le père. Selon l’enquête réalisée par le Boston College, sur 1000 pères de famille interrogés, les 2/3  travaillent plus de 45 heures par semaine et 20% d’entre eux travaillent plus de 55 heures par semaine. Par contre, ils reconnaissent que plus ils passent de temps avec leurs enfants, plus ils se sentent sûrs d’eux mêmes comme parents.

Mais les faits sont là : très peu d’entre eux prennent 15 jours de congé après la naissance d’un enfant (1 sur 20). La majorité des hommes interrogés pensent que leur travail produit plus de conflits avec leur vie familiale que le contraire, la vie familiale n’interfère que rarement dans le contexte professionnel.

  • Les pères interrompent leurs activités familiales avec leurs enfants s’il y a une urgence dûe au travail dans  61 % des cas, si à l’inverse il y a une urgence familiale ils interrompent leur travail dans 11% des cas. ( réponses allant de « parfois », « souvent » à « très souvent »).
  • 26 % de leurs épouses/compagnes travaillent à mi-temps, dans le cas des hommes le pourcentage dégringole à 0,2%.
  • 60% des pères pensent que l’attention dûe aux enfants devrait être partagée de manière égale mais 64% d’entre eux reconnaissent que la mère est beaucoup plus présente qu’eux  auprès des enfants.

Les recommandations de l’étude vont dans le sens de la flexibilité des horaires de travail, une meilleure valorisation de la paternité au sein de  l’entreprise et une meilleure acceptation sociale des congés   »familiaux » (après une naissance par exemple.)

Télécharger le document

FAMILLE NOMBREUSE ET TRAVAIL

Lundi 14 mai 2012 | Billets, Documents | Aucun commentaire »

La thématique de l’équilibre famille / travail est plus que rabachée mais qu’en est-il des mères de familles…nombreuses? Apparement il s’agit de regrouper les 3 indispensables : une bonne santé, une bonne organisation et un bon mari… Même si aujourd’hui entre la baisse des familles nombreuses et l’augmentation des mi-temps ces » battantes »  restent des exceptions.

Voici une interview d’une mère de 4 enfants qui permet de se rendre compte du quotidien de ces femmes. Une étude de l’INSEE datant de 2009,  analyse les changements de la vie professionnelle d’une femme qui passe de 2 à 3 enfants (seuil de la famille nombreuse). Selon le rapport, le fait d’avoir plus de 2 enfants diminue la probabilité d’activité de la mère d’environ 20 points, surtout si elle est peu diplômée. En ce qui concerne les pères, le taux d’activité reste à plus de 95% quel que soit le nombre et l’âge des enfants. Le fait que l’étude développe différents critères pour expliquer la relation entre fécondité et vie professionnelle permet de mettre en lumière des grandes lignes sociologiques sur la réduction du temps de travail chez la femme ou à l’inverse de la réduction de la fécondité.

Pourtant, il est important de rappeler que les décisions liées au nombre d’enfants et à la taille de sa famille sont avant tout individuelles et souvent plus liées à des convictions profondes ou une façon de voir la vie, plus qu’à un choix purement conjoncturel en fonction d’une planification de la vie professionnelle. Il peut être également intéressant de prendre la situation à l’envers, et grâce à l’innovation et à l’entrepreunariat, se façonner le travail qui s’adapte à ses choix de vie.

 

CONCILIATION TRAVAIL ET FAMILLE EN EUROPE

Vendredi 13 avril 2012 | Billets, Documents | Aucun commentaire »

La Comission Européenne a organisé un séminaire le 25 janvier 2012 sur la conciliation travail et famille et la réforme de l’Etat Providence. L’innovation était à l’honneur avec des exemples de bonnes pratique en Italie, Suède et Espagne.

Italie : présentation d’une stratégie de conciliation qui repose sur des réseaux de gouvernance multi-niveaux et de réconciliation. Les axes travaillés sont les suivants : responsabilités familiales, politique sur le temps, promotion de la responsabilité des entreprises dans la vie familiale, réconciliation au niveau régional. Vous pouvez consulter directement le document.

Suède : un plan stratégique qui apporte de l’aide aux groupes les plus vulnérables comme les familles monoparentales ou les immigrants. Les services sociaux suédois ont mis en place de nombreuses iniciatives sur les thématiques suivantes :  le  soutien aux familles, la promotion de l’emploi, l’égalité des sexes et la protection de l’enfance.

Espagne : certaines entreprises se sont lancées dans des projets pilotes sur de nouvelles gestions du temps.  »81 % des entreprises participant au projet pilote ont augmenté leur productivité en réduisant le stress sur le lieu de travail (73 %) et en améliorant l’environnement de travail pour leurs salariés (84 %) ».

Un rapport complet sera disponible prochainement sur le site de l’Alliance Européenne pour les Familles

 

FEMMES AU FOYER

Lundi 19 mars 2012 | Billets | Aucun commentaire »

A l’heure où certaines femmes revendiquent un nouveau féminisme et le choix d’élever leurs enfants comme un travail à part entière qui devrait être reconnu et valorisé par la société, nous soulevons quelques points de réflexions sur le sujet :

L’option de rester au foyer soulève tout d’abord deux problèmes économiques de base, le fait que la femme n’ait pas de retraite propre et soit rattachée à la sécurité sociale de son mari et la difficulté pour les familles de fonctionner avec un seul salaire.

Ceci dit, selon les derniers chiffres de l’OCDE en matière d’enfance et de politiques publiques, les subventions de l’Etat ne permettent souvent pas à la femme de trouver une solution de garde satisfaisante. En effet, si les jeunes mères ont souvent recours au temps partiel pour s’adapter aux horaires de garderie de leurs enfants, de même, leur salaire est alors souvent entièrement dépensé  dans ce système de garde. Constat qui amène souvent les jeunes mères à envisager une autre formule et parfois le retour au foyer, au moins pour un temps. Souvent le raisonnement est le suivant : « si je travaille pour reverser entièrement mon salaire pour faire garder mes enfants, autant que je les garde moi-même. »

De plus, une nouvelle façon d’envisager la maternité est largement encouragée par les organismes internationaux comme l’OMS qui recommande l’allaitement jusqu’à 6 mois minimum ce qui est complètement impossible pour une femme active et fini par créer une sensation de « mauvaise mère » chez les femmes qui travaillent. Différents organismes se sont développés autour de cette thématique comme la FEFAF (la Fédération Européenne des Femmes Actives en Famille)  ou le MMM (le Mouvement Mondial des Mères) qui revendiquent un statut pour la femme au foyer avec un salaire et une retraite. Au-delà du fait que la protection sociale des ces personnes est un aspect qui serait positif, peut-on réellement revenir à un schéma qui ne semble plus adapté à notre société? Ne serait-ce pas plus intéressant d’innover et de chercher de nouvelles formules qui puissent aider la femme à ne plus se sentir autant tiraillée entre sa famille et son travail?

+33(0)473.640.203

 

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930